BENOIT POELVOORDE AU MUSEE GREVIN
Vidéo envoyée par hugomayer

Inauguration de la statue de Benoit Poelvvorde au Musée Grévin

PARIS – Si enfant il rêvait de devenir pompier, c’est en tant que comédien que Benoît Poelvoorde est entré lundi soir à Grévin, devenant ainsi le premier acteur belge accueilli comme pensionnaire du musée de cire parisien, où son personnage rejoint cependant d’autres compatriotes, dont les romanciers Georges Simenon, Marguerite Yourcenar, Amélie Nothomb, ou le champion cycliste Eddy Merckx.

(Publicité)

Interrompant et apostrophant à l’envi les discours d’intronisation dont celui de la directrice de l’institution parisienne, Béatrice de Reyniès, ou celui du réprésentant de l’Académie Grévin Pierre Tchernia, l’acteur belge de 44 ans a fait fuser les éclats de rire parmi la centaine d’invités.

S’amusant de son personnage de cire, habillé, comme lui de pied en cap par Lacoste, "ça ne m’a rien couté et c’est pas si cher que ça", a-t-il blagué.

Pointant du doigt le personnage de la jeune chanteuse Lorie, "Elle ne devrait pas tarder à prendre la direction de cave", a-t-il lancé en souriant et en suppliant Pierre Tchernia, que le jour où on le remisera faute de notoriété pérenne, "surtout qu’on ne place pas (à la cave) mon personnage auprès de quelqu’un de trop idiot. L’idéal étant selon lui de se retrouver "auprès (du personnage) de Marguerite Yourcenar".

"Je suis sur ‘le fondement’", a ajouté l’enfant de Namur, se disant impressionné par le travail du sculpteur Stéphane Barret, en évoquant ses propres études d’arts graphiques en Belgique, qui le menèrent à être illustrateur pour enfants, avant de devenir comédien mais aussi réalisateur, lancé en France grâce au film devenu culte qu’il réalisa, "C’est arrivé près de chez vous" (1992), ou son interprétation dans "Le Boulet" (1997). En 2002, il se voyait distingué du prix Jean-Gabin, décerné en France aux jeunes talents masculins du cinéma. AP

Aucun mot-clé pour ce post.

Laisser un commentaire