Korsan Le comédien Philippe Khorsand L’acteur aura fait ses adieux au public le 21 janvier dernier, dans le dernier épisode de la série de TF1 Une Famille Formidable, sans le savoir…

Révélé par la série «Palace», l’ex-pensionnaire de la Comédie Française est mort à l’âge de 59 ans.

Le comédien Philippe Khorsand, révélé au grand public par la série TV « Palace » de Jean-Michel Ribes, est décédé mardi matin à Paris, à l’âge de 59 ans, des suites d’une maladie.

Pensionnaire de la Comédie-Française de 1988 à 1989, Philippe Khorsand, formé au cours Simon, avait fait ses débuts au cinéma en 1971 dans « Laisse aller, c’est une valse » de Georges Lautner. Au cinéma, il avait notamment incarné Antoine dans le film « Mes meilleurs copains » de Jean-Marie Poiré. A la télévision, il faisait partie de la distribution des séries « Une famille formidable » et « Soeur Thérèse.com ». Il était également connu du grand public pour son rôle récurrent dans les spots publicitaires de l’assurance MAAF.

L’hommage de Gillou (Gilles Vautier) Comédien& La voix de Bill (Bigdil)

Pour Philippe…

Après une dure nuit de labeur au Carré Blanc, il était fréquent que je termine cette dernière au Sherwood. Max et Daniel m’y attendaient, bien planqués derrière le bar qui leur servait de base opérationnelle, les dés de 421 à la main gauche et un whisky coca light – doux euphémisme hypocrite, non ? – dans l’autre. Nous faisions des nénettes – les connaisseurs apprécieront – jusqu’au bout de la nuit. Des copains se joignaient à nous, les tournées tombaient, les heures s’écoulaient, des litres entiers d’alcool se déversaient et alors ? A cette époque, nous étions invulnérables. C’était la fête. Parmi ces copains de nuit, il y avait Philippe. Au bout de quelques mois de rivalité sportive au jeu de dés cités plus haut, la clope presque terminée au bout de ses doigts jaunis, l’oeil pétillant et presque fermé, il me demanda : "- Ca fait combien de temsp qu’on est copains de bar ?" Perplexe, j’ai répondu : "- Euh… 3 mois ?" Et lui de conclure : "- Si on devenait copains tout court ?"

Voilà, c’est comme ça que le Khorsand et moi, on est devenus potes. On se voyait (presque) tous les soirs, aux Bacchantes ou au Sherwood voire même au Harry’s. Nous dînions régulièrement à la Taverne de l’Arbre Sec avant de refaire le monde le reste de la nuit.

Un soir, nous étions à table et entre deux bouchées de blanquette de veau, il m’avoue : "-J’ai écrit avec Jean-Michel Ribes un spectacle : les Fraises Sauvages ( Fraises ? Fraisiers ?). Jean-Michel écrivait quelques sketchs, moi de même de mon côté et nous fabriquiions le reste en commun.

– Oui. Et alors ?

– Je jouais le Schmilblick."

Il m’a fallu tout de même quelques longues secondes pour capter l’essence de l’énorme.

"- Et Coluche ?

– Ben, Michel me l’a pris."

Je réalise que ce sketch, dans les annales de l’humour, a popularisé Coluche. Papi Mougeot, alors, à rien, c’était pour faire avancer le… Avec les potes, on se la jouait dans les cours de récréation. Ben, merde alors, pour un scoop, j’en tiens un.

"- Tu ne lui en veux pas ?"

Tout en mangeant, Philippe fait un geste évasif de la main.

"- Pourquoi ? Il m’a fait tourner dans tous ses films et a joué le Schmilblick bien mieux que je n’aurais su le faire…"

"Fifille, fifille !" dans Inspecteur La Bavure, c’était lui. Le terroriste dans La Vengeance du Serpent à Plumes, c’était encore lui. Le metteur en scène jaloux dans Mes meilleurs copains, toujours lui.

Philippe, qui dépensait trois euros pour ses potes quand lui-même n’en gagnait qu’un et pleurait devant l’innocence d’une petite fille endormie.

Un jour, Théo, belle photographe, est arrivée dans sa vie. Ils se sont mariés. Je suis entré à la télé, j’ai arrêté de sortir. Lui s’est rangé arrêtant aussi les abus.

Nous ne verrons plus. Ou alors, dans une autre vie. C’est rageant. Pendant des années, je me suis dit qu’il fallait que je l’appelle pour dîner avec eux deux. mais voilà, entre dire et faire…

J’embrasse Théo et toute la famille de Philippe. Ce soir, l’espace d’une nuit, nous saluerons notre camarade une dernière fois, levant nos verres à sa santé. Tout a commencé de cette manière. Il est normal que cela finisse ainsi.

Philippe me manquera. C’est la vertu des copains qui partent trop tôt.

I love you. All of you. And her.

Aucun mot-clé pour ce post.

Laisser un commentaire