Patti_smith_et_isabelle Elle s’est installée au sous-sol de la Fondation, avec au centre de la grande salle un canapé, des fauteuils, des tapis. « Il y a tant d’expositions où on regarde et puis on s’en va. Je voudrais que les gens puissent traîner, parler, lire ici comme à la maison. Pendant cinq jours, mon fils qui est guitariste s’installera avec ses guitares et ses amplis. On pourra apporter sa guitare pour jammer avec lui ou prendre une leçon. J’aimerais bien lire des poèmes, aussi. » Cela, ce sera peut-être une surprise, une improvisation informelle… Mais Patti Smith est aussi au programme des fameuses « Soirées nomades », qu’elle a élaborées avec la Fondation Cartier : une lecture de Virginia Woolf accompagnée par sa fille Jesse au piano demain, un concert acoustique le 6 avril, mais aussi huit concerts et performances d’artistes proches ou amis.

Éternelle adolescente de 61 ans, Patti Smith invite le public dans son "monde intérieur". Un kaléidoscope de ses multiples facettes : figure historique du New York underground de la fin des seventies, chanteuse culte, Patti Smith révèle aussi sa passion pour la photo – elle est fascinée par les cimetières et les champs battus par le vent – son amour de la poésie.

Des passions multiples qui donnent une exposition protéiforme : photos (prises avec son Polaroïd Land 250 qui donne son nom à l’expo), vidéos, dessins, mais aussi lectures de poèmes, concerts acoustiques seule ou avec des proches…
Modes d’expression divers pour une artiste qui a voulu – une fois n’est pas coutume – laisser de côté "les problèmes du monde" pour rechercher un "langage esthétique". Un langage très intime.Expo_patii_smith

Dedicace_patti_smith

Aucun mot-clé pour ce post.

Laisser un commentaire